Voici donc la lettre pastorale – Disciples de Jésus-Christ et & Missionnaires en Ardèche – que j’adresse à tous les catholiques du diocèse et à tous ceux que l’Eglise catholique intéresse.
Cette lettre est le fruit du dialogue engagé depuis quatre ans avec tous les acteurs du diocèse. Nous sommes devant de grands enjeux pour l’avenir.
Non seulement la forte déchristianisation d’une société et d’un monde qui s’effondre, mais aussi la forte demande des adultes et des jeunes de vivre une Église renouvelée et enthousiasmante qui rend possible la rencontre de Jésus Christ pour être sauvé du péché et de la mort. C’est pourquoi, il nous faut d’abord à rendre grâce pour note diocèse.

Ensuite, j’invite cette année pastorale les responsables, prêtres, diacres, laïcs à voir les grands enjeux de notre société pour laquelle l’Évangile doit être annoncé et vécu. (Chapitres 2). Puis, la conversion nécessaire de notre Église. (Chapitre 3). Enfin, l’année prochaine, nous chercherons ensemble comment fonder des communautés de base pour y mettre au centre la célébration de la Parole de Dieu comme rencontre de Jésus Christ, personne vivante qui nous mène à l’amour du Père. (Chapitre4).

Je souhaite ardemment que cette lettre soit travaillée pour ouvrir un dialogue permanent avec moi, mais aussi entre tous.
Les responsables des différentes communautés et des différentes pastorales vont ouvrir ce dialogue avec tous.

+ Jean-Louis Balsa
Évêque de Viviers

D’Avance au Large à Disciples de Jésus-Christ & Missionnaires du Salut en Ardèche

La lettre pastorale que notre évêque propose à chaque paroissien du diocèse est le fruit d’une longue maturation.

En 2016-2017, Mgr Jean-Louis BALSA avait invité les acteurs pastoraux, que sont les prêtres, les diacres et les laïcs en mission ecclésiale, à se retrouver lors de trois journées qui avaient été intitulées « Écartez-vous un peu du rivage » (Cf. Lc 5,3). Elles furent l’occasion de vivre ensemble les cinq essentiels de toute communauté que sont la fraternité, la prière, l’enseignement, l’évangélisation et le service. L’aboutissement de cette année-là fut le rassemblement diocésain à Davézieux où plus de 2 000chrétiens au diocèse s’étaient donnés rendez-vous.

Lors de ce rassemblement du 3 juin 2017, Mgr BALSA invita tous ceux qui le souhaitaient à prendre le temps de réfléchir autour de la Parole de Dieu, par le moyen de sa première lettre pastorale intitulée « Avance au large ! ». Cinq grandes pastorales étaient alors identifiées à travers cinq récits de l’Évangile : la pastorale du jeune homme riche, en lien avec les jeunes, la pastorale des disciples d’Emmaüs, pour l’annonce de l’Évangile, la pastorale de la Syrophénicienne, pour les communautés chrétiennes, la pastorale du lavement des pieds, à propos du service des plus pauvres, et la pastorale des premiers disciples, en lien avec le ministère presbytéral. Tout le monde était alors invité à approfondir ces passages de l’Écriture et à échanger avec d’autres à partir de questions proposées par notre évêque.

Ce travail de la lettre pastorale « Avance au large ! » s’est vécu à de nombreux niveaux différents. Les paroisses se sont emparées de cette dynamique en réunissant des groupes sur ces différentes thématiques. Les services diocésains, le conseil presbytéral, la fraternité des diacres, le groupe des animatrices laïques en pastorale paroissiale, et d’autres groupes encore, ont aussi œuvrés pour que cette lettre pastorale soit étudiée et objet d’échanges, de partages. Et l’ensemble des réflexions ont alors été collectées par les coordinateurs des cinq grandes pastorales identifiées par notre évêque.

L’année dernière, les cinq pastorales ont alors organisé chacune une journée de rencontre avec Mgr BALSA. C’était l’occasion d’inviter tous ceux qui se sentaient concernés par telle ou telle dimension de la pastorale. Les synthèses des réflexions collectées ont été présentées à l’évêque de Viviers. Celui-ci a alors poursuivi l’échange avec ceux qui étaient réunis. C’était l’occasion d’aller plus loin dans la réflexion sur l’avenir de notre diocèse et les enjeux pastoraux qui se présentent à nous.

Fort de ces synthèses et de ces échanges, mais aussi du partage avec le conseil épiscopal et le conseil presbytéral, en s’appuyant aussi sur de nombreuses lectures du Magistère ou de théologiens, notre évêque a alors pris sa plume. Durant cet été, il a essayé de prendre en compte tout ce qui avait été dit pour bâtir cette nouvelle lettre pastorale intitulée « Disciples de Jésus-Christ & Missionnaires du Salut en Ardèche ».

Mgr Jean-Louis BALSA souhaite que cette lettre soit distribuée à tous les chrétiens de nos paroisses. Cette année, il nous invite à travailler d’abord le chapitre « II – Voir l’Esprit Saint à l’œuvre pour refaire chrétiens nos frères », puis le chapitre « III – Juger à la lumière de l’Évangile ». Cela se fera d’abord au niveau des cinq pastorales avec les responsables. Mais ensuite ces responsables sont invités à faire de même avec « la partie du Peuple de Dieu qui lui est confiée ». Le dernier chapitre, « IV – Agir pour être disciples de Jésus Christ et Missionnaires de l’Ardèche », est réservé pour l’année prochaine, afin de permettre un vrai approfondissement des chapitres précédents avant de passer à la mise en œuvre.

Cette lettre pastorale est vraiment une vision pour notre diocèse pour les années à venir. Il est important que chacun se l’approprie et l’étudie. Il peut y avoir des passages parfois un peu difficiles. C’est là l’intérêt de se mettre à plusieurs pour la travailler. Il ne faut pas avoir peur d’y revenir, de relire, de partager, de creuser, pour mieux s’en imprégner. Cette lettre donne une vision, mais notre évêque insiste pour dire qu’elle n’est pas un mode d’emploi à appliquer, ni un règlement administratif. C’est « une méditation sur les enjeux de la mission de notre Église diocésaine », dit-il dans la première page de sa lettre. Nous avons donc à nous en inspirer pour inventer ensemble les modalités de l’Église catholique en Ardèche en mission.

Alors Bonne lecture !

Jean-Charles DAZY
Délégué épiscopal pour la pastorale des disciples d’Emmaüs

L’équipe missionnaire diocésaine

Décidée par Mgr Jean-Louis Balsa, évêque de Viviers, une équipe missionnaire diocésaine a vu le jour en septembre 2019 lors de la publication de « Disciples de Jésus-Christ & Missionnaires du Salut en Ardèche ». Composée de sept personnes, cette équipe est en charge de mettre en œuvre et de suivre les éléments de la lettre pastorale sur tout le diocèse, en lien avec les curés et les communautés chrétiennes et les coordinateurs des cinq pastorales et les responsables de service.

Diacre permanent depuis 2007, je suis marié à Valérie et nous sommes parents de trois garçons. Après un parcours dans l’industrie comme ingénieur je suis est responsable de la formation pour le diocèse depuis 7 ans. Membre du conseil épiscopal et aumônier territorial des Scouts et Guides de France. Mgr Jean-Louis Balsa m’a demandé d’animer et de coordonner l’équipe missionnaire diocésaine. Jean-Charles DAZY

Arrivée en Ardèche fin 1995, j’aime à dire avec humour que je suis une émigrée en terre étrangère … parce que je viens de la Région Parisienne ; pourtant les paroissiens de Le Teil puis d’Alba ont été mes premiers amis ; là-bas comme ici, il m’a toujours semblé normal de donner un peu de mon temps pour le « monde » et l’Église, d’où mes divers engagements ; appelée pour la mission à plein temps par Mgr Blondel en 2014, puis par Mgr Balsa, j’ai la chance de pouvoir allier mon travail et ma passion … le double terrain de ma mission sur la paroisse et le diocèse me permet de rencontrer de nombreuses personnes, d’entendre et de partager les joies, les attentes et les difficultés des uns et des autres, de faire du lien ; j’ai répondu oui à l’appel pour participer à « l’équipe missionnaire » comme en écho pour aller plus loin, géographiquement, et dans la rencontre et l’écoute, avec le profond désir de construire des passerelles entre tous … il y a quelques larmes en me préparant à quitter le service de formation et il y a beaucoup d’émotions à préparer mon cœur et mes pieds pour ce nouveau chemin … à bientôt ! Monique BEUGNET

Depuis le 19 novembre 1989,j’ai répondu oui à l’appel du Seigneur. C’est porté affectueusement par les miens (ma famille et mon diocèse) que je me suis engagé à la suite du Christ, prononçant mon oui comme une réponse à la grande révélation dont Saint Jean est le témoin privilégié : « Dieu est Amour » (1Jn 4,8) et « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15,13).Ma vie presbytérale est l’un des nombreux lieux où Dieu a choisi de réaliser cette vérité. Je Lui rends grâces, Lui qui me donne la joie d’être une toute petite brèche, sans importance, par où la lumière de son amour passe en direction des hommes. Depuis trois ans, je vis ici ; et je suis déjà à ma troisième paroisse. Est-ce l’amour de Dieu qui me fait courir ainsi ? je ne le sais pas ! Mais une chose est sûre : de l’Ardèche à l’huile à l’Ardèche au beurre, ma foi n’a pas changé : « Dieu est Amour », et Il me veut au service de la réalisation de son dessein d’amour, malgré mes limites. L’équipe missionnaire est, j’en suis sûr, une nouvelle école où le Maître veut m’initier à la manière de construire une communauté capable de renoncer à son efficacité personnelle pour laisser Dieu agir en elle et par elle. Fiat ! Père Félix-Rolan TEA

Ardéchoise, mariée, 3 enfants, 3 petits-enfants, j’habite à Burzet. Mes parents – profondément croyants – m’ont laissé un héritage de foi chrétienne. J’ai toujours eu le désir de le faire grandir et de le partager. Depuis 2007, je suis animatrice laïque en pastorale paroissiale au service de la paroisse Bienheureuse Marie Rivier. Je m’émerveille sans cesse des petits germes d’espérance, le signe que c’est bien le Christ qui vit dans nos simples rencontres. A la fin de l’été, j’ai été appelée pour rejoindre « l’équipe missionnaire diocésaine ». Comme à chaque appel, j’ai la même question : Pourquoi moi ? J’ai déjà assez de choses à faire. Marquée par la joie de la rencontre avec le Pape François et les jeunes de l’Ardèche  en octobre 2018, cette parole résonne encore en moi : « Nous ne pouvons écouter la Parole de Dieu que le cœur ouvert. L’Évangélisation est toujours “un corps à corps” : un corps à corps avec le Peuple de Dieu et un corps à corps avec la Parole. Anne-Marie DUWEZ

j’ai 58 ans, je suis mariée et j’habite à Joyeuse. J’ai exercé le métier d’infirmière à l’hôpital de Joyeuse et j’ai été maire de la commune de Loubaresse, la plus petite d’Ardèche. Engagée sur la Paroisse Ste Thérèse des Cévennes depuis plusieurs années j’ai été membre de l’équipe Relais d’une des Communautés Locales et responsable de la catéchèse. Depuis septembre 2015, je suis Animatrice Laïque en Pastorale Paroissiale de la paroisse Ste Thérèse des Cévennes en collaboration avec le Père Fabien Plantier. Je fais partie de l’Équipe d’Animation Paroissiale et je fais le lien entre les différentes « équipes ». Ma mission me permet de rencontrer des personnes très diverses et me donne la joie de vivre, par Jésus-Christ, en Eglise. Marie-Pierre MALCLES

J’habite Montreal avec ma compagne Isabel et mon fils Samuel. Mon premier engagement est d’être responsable de la pastorale de la communauté du collège Le Portalet en tant que chef d’établissement. Cela fait 9 ans que je le suis. Puis dès son arrivée notre évêque nous a exprimé son souhait de créer des communautés de chrétiens dans chaque établissement. D’accord mais comment faire ? Ce questionnement m’a conduit à rejoindre l’équipe diocésaine de pastorale pour l’élaboration de son projet. Je me suis aussi investi sur mon secteur dans la pastorale des jeunes pour réfléchir à l’organisation de temps communs aux différentes aumôneries du secteur bas vivarais public et privée. Il s’agissait là encore de conduire les jeunes à vivre les 5 essentiels. Et enfin pour être en pleine compréhension du vécu local d’un groupe de chrétiens, j’ai rejoint l’EAP de ma paroisse. Participer à ce groupe même si cela va me demander du temps rejoint parfaitement mon souhait de voir les chrétiens relever le défis de proposer une façon de vivre respectueuse du monde et apportant la joie, cela est enthousiasmant. Pierre LACROIX

Je suis originaire de la région lyonnaise. En 2008, nous sommes venus nous installer, mon épouse et moi, ainsi que nos 3 garçons, à St-Peray. Je travaille dans une entreprise industrielle à Valence. Aujourd’hui, je suis envoyé en mission, dans le diocèse de la Drôme, comme aumônier auprès des détenus du Centre Pénitentiaire de Valence. Également, je poursuis le parcours de formation du cycle St-Vincent, proposé par notre diocèse. Enfin, dans notre paroisse St Pierre de Crussol, j’ai la chance de participer à l’équipe qui a mené la réflexion et l’animation du projet pastoral paroissial, nous projetant ainsi sur les prochaines années. Je mesure la chance d’être dans une Église qui prend son avenir en main, qui porte encore et toujours la Bonne Nouvelle ! Elle nous appelle à être en mouvement, ouverts au monde et à notre temps, en relation avec tous nos frères, quelle richesse ! Frédéric COSTE